Des projets éoliens menacent la cité médiévale de Vouvant et le bocage vendéen

Vouvant vue du ciel. Photo A. Lamoureux-Vendée-Expansion

L’association Vent des Noues a été constituée le 1er avril 2019 à l’initiative de quelques habitants de Saint Maurice des Noues qui souhaitaient se mobiliser contre les projets éoliens initiés par deux promoteurs sur les communes de Loge-Fougereuse et Saint Maurice des Noues sur le territoire du Pays de La Châtaigneraie en Vendée.

Ce collectif a pour objectif de protéger les espaces naturels, les sites, les paysages, les sols, la biodiversité et le patrimoine bâti et en particulier la cité millénaire de Vouvant située dans le bocage Vendéen à proximité de la forêt domaniale de Mervent.

Vouvant, vue depuis la rivière. ©A.Lamoureux Vendée-Expansion

Ces deux projets éoliens menacent des sites patrimoniaux protégés comme l’enceinte fortifiée, l’église Romane Notre Dame de l’Assomption, classée Monument historique en 1840 et la ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysage) de Vouvant qui seraient impactés par la proximité de ces sites industriels de production d’électricité.

Eglise romane de Vouvant. Photo A. Lamoureux-Vendée Expansion

La cité millénaire de Vouvant fait partie des sites touristiques très valorisés identifiés dans les guides touristiques départementaux, régionaux et nationaux. Elle bénéficie du label Plus Beaux Villages de France et Petite cité de caractère.
Elle abrite la Tour Mélusine, élément inscrit Monument historique en 1927, vestige de l’ancien château féodal, patrimoine historique qui a notamment pour vocation de servir de point d’observation et offre un panorama préservé sur le bocage vendéen. C’est un point de vue privilégié depuis lequel il est possible d’apprécier le paysage préservé des marches du Bas-Poitou.

La tour Mélusine à Vouvant. Photo A. Lamoureux-Vendée Expansion

Ce paysage bocager de qualité, peu modifié, présente de nombreux boisements et linéaires de haies denses, complètes et ondulées. Le paysage d’assiette présente un fort enjeu de préservation car il constitue l’écrin de ces sites patrimoniaux.

La sensibilité de cet écrin bocager est plus accrue encore par le fait que l’attrait touristique et patrimonial majeur de Vouvant réside en la tour Mélusine qui offre l’un des points de vue les plus riches du département en ce qu’il s’ouvre :

  • Au sud, sur la forêt de Mervent.
  • Au nord, sur les collines bocagères.

L’intérêt de ce village se mesure donc non seulement à son identité architecturale et son histoire, mais aussi à son insertion dans un paysage bocager qui, pris dans son ensemble avec la cité médiévale, constitue une entité paysagère emblématique.

Compte tenu du mitage éolien déjà fort dans plusieurs secteurs du département de la Vendée et notamment dans la plaine autour de Fontenay-Le-Comte, les zones bocagères qualitatives s’amenuisent et méritent, pour ce qu’il en reste, une protection accrue.

Les projets éoliens de Loge-Fougereuse et Saint Maurice des Noues dénoteraient très fortement et insèrerait brutalement un motif industriel inacceptable. Ce motif se percevrait par ailleurs assez abruptement puisque les éoliennes projetées seraient implantées relativement en altitude sur des lignes de crêtes, ce qui ne permettrait leur dissimulation par aucun effet de filtre ou d’écran.

Le projet de Loge-Fougereuse porte sur 5 éoliennes

En août 2020, la SARL Parc éolien des Boules, filiale du groupe ERG dépose une demande d’autorisation environnementale pour implanter une centrale éolienne de cinq aérogénérateurs d’une hauteur de 165 mètres en bout de pale, d’une puissance unitaire comprise entre 3 et 4,2 MW (soit une puissance totale de 15 à 21 MW), et de deux postes de livraison sur le territoire de la commune de Loge-Fougereuse, village de la Communauté de Communes du Pays de La Châtaigneraie.

En juin 2021, le dossier, complet et recevable, est dirigé vers le service des enquêtes publiques pour la désignation d’un commissaire enquêteur. L’arrêté d’ouverture de l’enquête publique est validé par le Tribunal Administratif de Nantes en date du 6 octobre 2021 et Monsieur René Grelier est nommé Commissaire enquêteur.

L’enquête publique portant sur la demande d’autorisation environnementale pour l’implantation d’une zone industrielle éolienne à Loge-Fougereuse au titre des installations classées pour la protection de l’environnement se déroule du mercredi 10 novembre 2021 au vendredi 10 décembre 2021.

Le plan ci-dessous permet de localiser les différents éléments composants ce projet (éoliennes, poste de livraison, plateformes, chemins d’accès et câbles électriques). Comme on peut le voir, le village de Vouvant n’est pas situé dans le périmètre de 6 km des communes concernées par l’enquête publique.

Cette délimitation ne semble pas fortuite et paraît plutôt arrangeante pour le promoteur éolien qui n’aura ainsi pas à justifier d’une exploration aboutie des impacts visuels découlant de cette implantation industrielle classée ICPE aux portes de la cité médiévale classée de Vouvant.

Photomontage du promoteur éolien ERG pris sur la D19
à proximité du viaduc de Coquilleau.
Viaduc de Coquilleau, ouvrage industriel emblématique construit en 1883,
situé à Breuil-Barret route de la Châtaigneraie.
Vue projetée sur les éoliennes depuis le viaduc de Coquilleau

Le promoteur n’a réalisé aucun photomontage depuis le Château de la Goujonnerie (XIXe siècle) situé à 1km de la zone d’implantation.

Vue projetée depuis le château de la Goujonnerie sur les éoliennes.
Le château de la Goujonnerie.

Le site choisi par la SARL Par éolien des Boules dans ce secteur bocager est à l’évidence inadapté au développement de l’éolien.

Tout d’abord du fait de l’impact environnemental. L’implantation d’aérogénérateurs contribuerait ainsi à la perte d’une zone humide de 7 378 m² et il parait prioritaire de protéger ces écosystèmes vulnérables. La suppression de 489 mètres linéaires de haies bocagères (support de déplacement pour les amphibiens, les reptiles, et les mammifères terrestres), dénoncée par la MRAe, engendrerait la destruction permanente d’habitats naturels ou d’individus de flore.

L’aire d’étude immédiate du projet éolien s’inscrit pour sa majeure partie dans un réservoir de biodiversité, trame verte et bleue du schéma régional de cohérence écologique, à proximité du Bois des Dortières riche au niveau de la biodiversité (espèces protégées à fort enjeux de conservation). Une zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2 couvre la frange nord-ouest de la zone d’implantation et une zone Natura 2000 se trouve à huit kilomètres dans l’aire rapprochée. Il ressort de l’étude d’impact que la zone industrielle éolienne projetée risque de porter atteinte tant à l’avifaune qu’aux chiroptères présents dans l’aire immédiate (distances aux haies préconisées par Eurobats non respectées) du site et le dossier ne présente aucune demande de dérogation espèces protégées.

D’autre part, ce projet causerait un effet de surplomb au village de La Chapelle aux Lys (altitude du bourg plus basse que la zone d’implantation) provoquant ainsi une sensation d’écrasement et une concurrence visuelle inacceptable sur la silhouette du village.

Cette commune a fait un choix stratégique en s’appuyant sur la valeur de la qualité du ciel étoilé et en investissant dans le tourisme astronomique à travers cette thématique.

Un Festival d’astronomie "Astrolys" se déroule chaque été depuis 2009, à La Chapelle-aux-Lys, où se retrouvent pointures scientifiques et néophytes pour profiter de l’observation du ciel. Grâce à son planétarium, son festival et son Chemin aux étoiles, ce village rend l’astronomie accessible en milieu rural. En août 2010, les élus se sont engagés dans une charte de protection du ciel nocturne.

Le Pays de la Châtaigneraie est reconnu pour la qualité de son ciel avec à son actif trois communes ayant obtenu le label de « village étoilé » : La Chapelle-aux-Lys, Marillet, Breuil-Barret. Deux d’entre elles seraient très impactées par le projet éolien des Boules.

Durant l’enquête publique du projet éolien de Loge-Fougereuse, 13 délibérations défavorables ont été prises par les communes voisines du projet : Breuil-Barret, Cezais, Champdeniers, La Chapelle aux Lys, La Châtaigneraie, La Tardière, Le Busseau, Marillet, Montcoutant, Puy-de-Serre, St Maurice des Noues, St Paul-en-Gâtine et Vouvant.
Selon le rapport du commissaire enquêteur, 90% des observations sont contre le projet, seulement 3% en sa faveur et 7% sont indéterminées.

Malgré une mobilisation forte des habitants opposés au projet (267 avis et une manifestation en fin d’enquête) et les treize délibérations défavorables des communes, le commissaire enquêteur a émis le 19 janvier 2022, un avis favorable à la demande présentée par la SARL Parc Eolien les Boules en vue d’obtenir l’autorisation environnementale d’exploiter cette centrale éolienne.

A présent, le dossier est en attente de la décision préfectorale d’autorisation ou de refus.
L’association est préoccupée car inévitablement par "effet multiprise", d’autres projets d’implantation éoliennes sont en cours de développement sur ce secteur dans un rayon de 20 km.

  • Cinq éoliennes à Loge-Fougereuse (décision en attente),
  • Deux éoliennes à St Maurice des Noues (projet en cours d’instruction préfecture),
  • Quatre éoliennes à Cheffois (projet affirmé en septembre 2021 par la pose d’un mât de mesure).

Cette prolifération causera un mitage du territoire et altèrera le paysage de façon définitive. Nous vous remercions d’avance pour votre soutien.

Stéphanie Platteau - Présidente de l’association Vent des Noues

Pour faire un don