La commission supérieure des sites (CSSPP) recommande aux ministres de l’Écologie et de la Culture une protection complémentaire du domaine de Versailles

Vue cavalière montrant l’emprise des allées de Saint-Cyr et de Fontenay (en vert) sur le territoire et l’effet de « coupure » que provoquerait l’urbanisation des terrains de Pion (en rouge) et de Santos-Dumont (commune de Saint-Cyr). Le commencement (Etoile Royale), comme les extrémités, des allées de Saint-Cyr et de Fontenay subsistent aujourd’hui. La limite de l’ancien Petit Parc de Versailles (enceinte édifiée en 1685) figure en bleu. L’emplacement des caravanes bloquant la restitution de l’allée de Villepreux est indiqué.

Le paysage versaillais, façonné à très grande échelle par André Le Nôtre - le premier des paysagistes - est gravement menacé par des lacunes dans l’articulation des protections en vigueur. Ainsi, l’actuel domaine de Versailles est classé au titre des monuments historiques et la plaine de Versailles classée au titre des sites mais certains terrains, situés à l’interface de ces deux ensembles, échappent à ces servitudes d’utilité publique. La Commission supérieure des sites, perspectives et paysages (CSSPP) a ainsi adressé un vœu de protection complémentaire de l’Ouest versaillais aux ministères chargés de l’Écologie et de la Culture.

Ligne rouge : ancien Grand Parc de chasse du château de Versailles ; ligne bleue : ancien Petit Parc. Brun : zone classée au titre des Monuments Historiques (modification soumise à autorisation). Forme en « trou de serrure » centrée sur le château : « abords » du domaine classé de Versailles exceptionnellement étendus (modification soumise à autorisation en cas de visibilité depuis le monument ou de covisibilité avec lui). Vert : zone classée au titre des Sites (modification soumise à autorisation). Hachures croisées noires : zones qui sont ou seront attribuées en dotation à l’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles. Hachures noires : forêt domaniale (domaine public de l’État).

L’urbanisation s’engouffre en effet dans les lacunes de la protection du domaine, malgré la position stratégique des terrains concernés, notamment assiette d’anciennes allées voulues par André Le Nôtre. Une gigantesque composition de cinq doubles allées d’arbres rayonnantes - communément désignées sous le nom de « main du roi » - structurait en effet le grand paysage de l’Ouest versaillais. Les allées de Saint-Cyr et de Fontenay pourraient, à l’instar de l’avenue de Villepreux, être replantées afin de relier ces communes au domaine de Versailles. Il y a urgence puisque l’établissement d’une nouvelle gare sur le chemin de fer de la Grande Ceinture pourrait susciter ou attiser l’urbanisation de ses abords.

Entre les traits jaunes, principales lacunes dans la protection du domaine de Versailles (pointe des terrains de Pion et terrains de Santos-Dumont). L’enceinte d’origine du domaine (1685), représentée en rouge, est ainsi dépourvue de protection. Cet espace est bordé, à droite, par le parc classé au titre des monuments historiques de Versailles et, à gauche, par la plaine classée au titre des sites de Versailles (ancien Grand Parc de chasse clos de murs de Versailles).

Les terrains non protégés comportent, qui plus est, le mur d’origine du domaine, enceinte occidentale du Petit Parc établie en 1685 (comprenant aujourd’hui le Grand Canal). Une portion importante de ce mur (pourtant située hors de l’emprise des travaux ferroviaires de la Grande Ceinture), absolument nécessaire à la compréhension du domaine, vient malheureusement d’être détruite.

Plan de Saint-Cyr par Bourgault (1694) avec indication de la position des terrains de Pion (triangulaire), de Santos-Dumont (trapézoïdal) et du camping sauvage (triangulaire). De gauche à droite : allées de Saint-Cyr, de Fontenay et de Villepreux (Axe Royal). Le mur rectiligne du Petit Parc (1685), partiellement détruit récemment, apparaît en bas, au-dessus de la mention "Parc de Versailles".

La pointe des terrains de Pion (distraits du parc du château en 1906 et récemment vendus par l’Armée) est particulièrement importante, puisqu’elle était parcourue par les anciennes allées de Saint-Cyr et de Fontenay et jouxte le Grand Axe versaillais. L’extrémité de ces terrains a été classée en zone "naturelle agricole" par le PLU de Versailles à la suite d’un contentieux mené par notre association et d’une négociation avec la municipalité. L’emprise de l’avenue de Saint-Cyr sur le terrain de Pion fait en outre l’objet d’une stricte inconstructibilité. Mais cette protection par le PLU est réversible et des poussées densificatrices existent.

PLU de Versailles et classement de la pointe des terrains de Pion en zone NA (Naturelle agricole). Le pavillon de la Lanterne est visible à droite (Zone NPa).
Pointe septentrionale des terrains de Pion (zone "Naturelle Agricole" du PLU de Versailles) et actuel parc de Versailles (au second plan) vus depuis une nouvelle gare créée sur le chemin de fer de la Grande Ceinture. Le mur séparant ces deux zones a été édifié par les militaires en 1906. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments du 15 avril 2022.

En outre, le terrain de Santos-Dumont, enclave dans le site classé située précisément entre les anciennes avenues de Saint-Cyr et de Fontenay, est en cours de lotissement pour y établir un "village d’activités et de services". Ce "bouchon" urbain, en un lieu si mal choisi, n’est pas acceptable. Tous les moyens, y compris celui d’une expropriation pour cause d’utilité publique, doivent être mis en œuvre pour l’empêcher. A défaut, l’acquisition, pour le détruire, du très disgracieux moulin de Saint-Cyr, situé en vis-à-vis de ces mêmes terrains, deviendrait incompréhensible.

Terrains de Santos-Dumont à Saint-Cyr en cours de viabilisation dans une enclave du site classé de la plaine de Versailles. Au second plan, terrains enherbés de l’aérodrome de Saint-Cyr classés au titre des sites. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments du 15 avril 2022.
Enclave dans le site classé de la plaine de Versailles, les terrains restés naturels de Santos-Dumont sont en cours de conversion en "Village d’activités et services" (commune de Saint-Cyr). Photo J. Lacaze / Sites & Monuments du 15 avril 2022.
Projet de "village d’activités & services" implanté à seulement 100 m de l’enceinte de l’actuel domaine national et à 500 m seulement de son Etoile Royale, entre les anciennes allées de Saint-Cyr et de Fontenay. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments.

La présence, depuis plus de vingt ans, sur l’Axe Royal de l’avenue de Villepreux d’une zone privée de stationnement de caravanes, bloquant la formidable replantation, actuellement en cours, de cette double allée d’arbres, étonne. Une telle activité est en effet formellement interdite par le classement au titre des sites de la plaine de Versailles. Cet usage, tout comme l’abandon régulier de déchets (et même de produits chimiques) à proximité de la Grille Royale, justifierait l’application du statut de "Grand Site de France" comme instrument de réhabilitation de l’ouest versaillais.

Projet de reconstitution de l’avenue de Villepreux bloqué par une zone illégale de stationnement de caravanes.
Replantation de l’avenue du Villepreux sur l’Axe Royal interrompue par un stationnement illégal de caravanes (site classé et axe inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO). Photo J. Lacaze / Sites & Monuments.

Ces dégradations sont d’autant plus incompréhensibles que la partie occidentale du parc de Versailles doit accueillir les épreuves d’équitation des Jeux Olympiques de 2024, à toute proximité du pavillon de la Lanterne, résidence du Président de la République. Il faut d’ailleurs voir dans la venue des Jeux Olympiques une opportunité de réhabilitation de l’Ouest versaillais. Leur comité d’organisation proclame en effet son « ambition environnementale » et son intention de "mettre l’éphémère au service du durable".

Mur de clôture du Petit Parc de 1685 préservé en lisière des terrains de Pion et non protégé. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments.
Destruction récente du mur du Petit Parc (1685) du château de Versailles situé dans une emprise non protégée. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments du 15 avril 2022.

La zone dégradée est d’ailleurs concernée par le classement de Versailles au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le camping sauvage - accueillant des caravanes visibles à l’œil nu depuis la terrasse du château - est situé au sein même du bien classé (Axe Royal), tandis que les terrains de Pion en sont immédiatement mitoyens et ceux de Santos-Dumont très proches, au cœur de sa "zone tampon".

Classement de Versailles au titre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO avec sa zone tampon et matérialisation, en rouge, des terrains de Pion, de Santos-Dumont et d’accueil de caravanes.

Afin de ne pas compromettre l’avenir de ce site emblématique de notre patrimoine paysager national, la Commission supérieure des sites perspectives et paysages (CSSPP) a rendu, le 20 janvier 2022, un avis incitant l’État à compléter sa protection. Adressé aux ministres de la Transition écologique et de la Culture, il est ainsi rédigé :

"La Commission appelle l’attention de la Ministre de la transition écologique et de la Ministre de la culture sur la nécessité de préserver la cohérence et l’unité du site exceptionnel de la Plaine de Versailles, site classé en 2000, en particulier l’ensemble des allées créées en 1680 par André Le Nôtre, dont l’Allée Royale de Villepreux qui est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. La Commission s’inquiète des différents projets en cours, notamment la ZAC Santos-Dumont sise sur la commune de Saint-Cyr-L’Ecole. Par conséquent, elle estime qu’il faut assurer une bonne articulation entre les différentes protections (site classé, monuments historiques et abords) et recommande d’explorer les outils possibles pour permettre une gestion d’ensemble sur ce site. La commission émet en outre le vœu qu’une extension de protection, y compris d’urgence, soit examinée (pointe des terrains de Pion et terrains de Santos-Dumont notamment) dans la perspective d’une requalification globale des abords de l’Etoile Royale de Versailles, le long de l’ancien mur de Louis XIV, avec une attention particulière à l’emprise des cinq allées rayonnantes, à leur contexte immédiat ainsi qu’aux vestiges de l’enceinte."

Mur du Petit Parc (1685) du château de Versailles non protégé et récemment détruit. Photo J. Lacaze / Sites & Monuments du 15 avril 2022.
Abandon de déchets toxiques sur l’Axe Royal de l’avenue de Villepreux, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, au sein du site classé de la plaine de Versailles (loi de 1930). Photo J. Lacaze / Sites & Monuments.

En application de cet avis, nous préconisons de classer la pointe des terrains de Pion au titre des monuments historiques - protection compatible avec sa vocation principalement agricole - avant de l’inclure dans le domaine national de Versailles (en cours de délimitation), pouvant comporter des enclaves privées. Les terrains de Santos-Dumont doivent être placés sous le régime de l’instance de classement au titre des monuments historiques afin de suspendre leur aménagement et de permettre leur expropriation pour cause d’utilité publique, situation prévue par le code du patrimoine.

Pierre Patel (1604-1676), Vue cavalière du domaine de Versailles (1668) avec indication du positionnement des terrains de Pion (dépourvus de protection et récemment desservis par une gare du chemin de fer de la Grande Ceinture).
Carte des chasses, version de campagne (vers 1787), coll. Julien Lacaze, photo musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

L’avis de la commission supérieure des sites, perspectives et paysages (CSSPP) a été transmis, avec nos préconisations, à mesdames les ministres de la Culture et de la Transition écologique, avec copie à monsieur le Président de la République, madame la directrice générale de l’UNESCO, madame la présidente de l’ICOMOS, monsieur le président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et monsieur le président de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc.

Il serait en effet paradoxal que l’État se désintéresse de la protection du domaine de Versailles, dont la partie occidentale, composition paysagère unique au monde, possède tous les atouts pour renaître.

Julien Lacaze, président de Sites & Monuments

Procès-verbal de la CSSPP du 20 janvier 2022

Lettres du 23 mai 2022 aux ministres de la Culture et de la Transition écologique
Copies au Président de la République, à l’UNESCO, à l’ICOMOS, au COJO et à Versailles Grand Parc