Mutiler la ville de Bourges pour mieux montrer sa cathédrale ?

Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis la rue Coursarlon. Photo Sites & Monuments.

La place Cujas à Bourges (nom d’un éminent juriste qui y enseigna sous la Renaissance) a été créée entre 1955 et 1978 au prix de destructions regrettables. De nombreuses maisons dépendantes de l’ancien couvent des Carmes, construites entre la fin du XVIIe siècle et la Révolution (notamment celle de l’imprimeur berruyer Christo), y ont été rasées, ainsi que la charmante école des beaux-arts édifiée entre 1880 et 1882 à l’emplacement de l’ancienne église des Carmes (elle-même détruite en 1878). Ce bâtiment curieux faisait pendant à la fameuse maison des forestines (confiserie emblématique de la ville), édifiée concomitamment, à la fin du XIXe siècle. Après l’abandon d’un projet de siège pour la chambre de commerce (vers 1960), un parking arboré desservant le centre ville s’y est définitivement établi (voir ici).

Bourges, rue de Paradis (aujourd’hui rue Michel Servet) montrant les maisons détruites pour constituer la place Cujas (à droite). Carte postale, vers 1900.
Place Cujas à Bourges, école des beaux-arts (détruite en 1969) et maison des forestines. Carte postale, vers 1900.

Déplorons, en préambule, qu’à la suite d’un incendie en 2015, le comble de l’immeuble de la maison des forestines ait pu être modifié pour y loger un niveau supplémentaire doté de balcons particulièrement disgracieux.

Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis la rue des Beaux-Arts. Photo Sites & Monuments.

La nouvelle municipalité souhaite faire du réaménagement la place Cujas le symbole de son engagement pour l’écologie, ce qui n’est pas critiquable. L’objectif de l’aménagement est clair : « il s’agit de transformer ce parking à ciel ouvert en un espace de vie, une agora, ou la végétalisation sera centrale ». Comme l’explique le maire Yann Galut : « Nous allons rendre la place Cujas, cœur battant de notre ville, aux Berruyères et aux Berruyers. C’est une décision fondatrice dans le renouveau du cœur de ville ».

Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis la rue Michel Servet. Photo Sites & Monuments.
Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis la rue Michel Servet. Photo Sites & Monuments.

L’investissement sera de l’ordre de 6 millions d’euros et les commerçants du centre, déjà éprouvés par le déménagement en août 2021 de la Fnac toute proche en périphérie de la ville, s’émeuvent de la disparition des stationnements que comportait la place Cujas.

Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis la rue Porte Jaune. Photo Sites & Monuments.

Son aménagement se veut participatif avec son lot d’« espace permettant aux habitant.es de réaliser et d’exposer des œuvres (individuelles ou collectives) réalisées en matériaux recyclés », de « bacs de plantes sauvages », de « panneaux solaires », de « panneaux présentant les bienfaits de la biodiversité en centre-ville » ou « visant à transmettre des messages environnementaux » et de nichoirs divers, adoubés par une consultation publique.

Projet d’aménagement de la place Cujas avec élimination de l’îlot donnant sur la rue Coursarlon.

Les visuels du projet diffusés à ce stade sont séduisants. On y remarque un cheminement axial plus ou moins dirigé vers la cathédrale. Pourtant, un examen plus attentif montre que la parcelle du parking, close par un îlot bâti ayant échappé aux démolitions, a été rendue triangulaire par la suppression de ces bâtiments.

Bourges, îlot menacé de démolition vu depuis le parking Cujas. Photo Sites & Monuments.

Un article du Berry Républicain du 29 mars 2022, titré « Cujas, plus belle la vue sur la cathédrale » confirme ces craintes puisque l’adjoint à l’urbanisme y explique que « très clairement ce bâtiment [il s’agit en réalité de plusieurs constructions], qui semble un peu coincé, interroge alors que le quartier va être profondément repensé ». Alors qu’un successeur (un salon de coiffure) avait été trouvé après la fermeture du dernier magasin d’électroménager du centre-ville qui occupait une partie de l’îlot, la mairie dit être en pourparlers pour l’acquérir.

Le Berry Républicain du 29 mars 2022.

Ce supplément de programme serait évidemment désastreux puisque les bâtiments concernés, de belle qualité, édifiés en pierre de taille avec une corniche moulurée, viennent clore une sorte de petite placette, rue Coursarlon, à l’extrémité de la rue Porte Jaune, voie menant à la cathédrale Saint-Etienne. Il ménage un effet de surprise, canalise le regard et constitue un vis-à-vis de qualité pour un bel hôtel particulier, à toute proximité de la maison Colladon, inscrite au titre des monuments historiques. La suppression de cet îlot déstructurerait l’urbanisme du quartier, déjà rendu "flottant" par la création du parking.

Par ailleurs et surtout, la particularité de Bourges est d’avoir conservé une cathédrale dans son tissu urbain, malgré des projets de dégagement au XIXe siècle, heureusement inaboutis. Les touristes ont ainsi le plaisir de découvrir ce joyau de l’architecture gothique au détour des rues, toujours dans sa gangue urbaine. Aussi, ce projet de démolition nous semble dépourvu de sens et nous tenons à la disposition de la municipalité la liste des nombreuses maisons pouvant être détruites afin de ménager des vues sur la cathédrale...

Plan de sauvegarde et de mise en valeur de Bourges (l’îlot triangulaire menacé de démolition apparait en bas du plan).
Légende du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de Bourges.

La ville, qui attend la proposition financière du propriétaire, précise que la démolition aura lieu « si, évidemment, financièrement nous sommes en capacité de le faire », ce qui est plutôt rassurant. Mais le programme "Action Cœur de Ville", à qui l’on doit des démolitions d’édifices patrimoniaux à Saint-Dizier, Dunkerque, Prades, Verdun ou dernièrement à Foix, semble à nouveau en embuscade, bien qu’en principe dédié à la revitalisation par la valorisation du patrimoine. Comme l’explique l’adjoint à l’urbanisme : « Le projet Cujas est la première brique de la démarche « Action cœur de ville ». Elle présage d’un travail très large qui traitera, dans les années à venir, à la fois les questions d’habitat, de commerce, d’accessibilité et de rénovation des espaces publics. » (voir ici).

Rue Porte-Jaune à Bourges, avec, à droite, la porte Louis XV sauvée de la vente en 2014 et, dans le fond, l’îlot menacé de démolition. Photo Sites & Monuments.

La mairie précise que « selon le plan de sauvegarde et de mise en valeur, en cours de révision, l’immeuble non protégé peut être « conservé, amélioré ou remplacé » ». Il ne s’agit donc pas de dégager cette zone, mais d’une possibilité - contestable - de substituer aux maisons existantes de nouvelles constructions dont les caractéristiques sont fermement encadrées par une "règle architecturale figurant au règlement", tandis, qu’à l’arrière de l’îlot, figure en rouge une "emprise de construction imposée". A défaut d’une densification par une construction contemporaine de qualité, le revers de l’îlot pourrait être simplement habillé d’un mur végétalisé, d’ailleurs soumis au suffrage des Berruyers et approuvé à 79 %.

Courrier de Sites & Monuments au maire de Bourges du 21 avril 2022
Courrier de Sites & Monuments au maire de Bourges du 21 avril 2022

Le traitement de l’îlot de la place Cujas inquiète sur le sens donné à la révision en cours du Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du secteur sauvegardé de Bourges (dénommé aujourd’hui Site patrimonial remarquable), dont on constate qu’il a beaucoup vieilli depuis 1981, comme en témoigne cette lacune manifeste dans la protection d’immeubles d’accompagnement de qualité. Il ne protège en outre aucunement les riches intérieurs des maisons de la ville, comme le montre la disparition tragique de salons boisés d’un hôtel particulier de la rue Porte Jaune. Celle-ci avait donné lieu à une plainte de Sites & Monuments classée sans suite par le Procureur de la République.

Nous utiliserons évidemment l’ensemble des moyens à notre disposition, y compris judiciaires, pour convaincre la municipalité de Bourges de renoncer à ce très regrettable supplément de projet pour la place Cujas.

Julien Lacaze, président de Sites & Monuments

Lire notre lettre au maire de Bourges

Lire l’article de La Tribune de l’Art